Jean Kazemirchuck

Jean Kazemirchuk

Jean Kazemirchuk est né à Montréal au milieu du siècle dernier. Avec l'arrivée de la télévision et la découverte de la bande dessinée, son imaginaire explose. Il dessine, il peint, il écrit. 

Une adolescence dans l'effervescence des années 60, lui fait découvrir le village Global, son histoire et surtout son art qui influencera son parcours.

C'est dans la belle et riche région de Charlevoix qu'il décide de s'installer. Il participe quelques années au Salon des métiers d'arts de Montréal.

À la fin des années 70, il expose ses œuvres lors d'expositions collectives au centre d'art de Baie-St-Paul, ainsi qu'à la galerie café du Mouton Noir.

C'est à cette époque également qu'il découvre et explore le vitrail. Il utilise le verre pour recréer certaines de ses aquarelles. On en retrouve des exemples dans la région de Mont-Tremblant, entre autres à l'Auberge Caribou du lac Supérieur.

Un changement d'orientation majeur, au début des années 80, l'entraîne dans le milieu du cinéma. Il y travaille pendant plus de trente ans à la création de décors. En 1995, devenu directeur artistique et concepteur visuel, un urgent besoin de s'exprimer d'une manière plus personnelle le ramène à la peinture à l'huile, au dessin et à l'aquarelle. 

Ses œuvres à cette époque évoquent et représentent des impressions de voyages, de souvenirs. Souvenirs réalistes où le rêve et la réalité s’entremêlent. 

Un long cheminement l’a ramené à ses premiers amours. Il n’écarte plus les visions fantaisistes ou surréalistes qui lui viennent tout naturellement. Il fait sienne les paroles de Alfred H. Barr Jr : « Le réalisme magique, dont les artistes s’efforcent au moyen d’une technique réaliste précise de rendre plausible et convaincante leurs visions improbables de rêve et de fantaisie.»

Aujourd'hui, il réside à Oka, il expose à la Galerie Idée, rue St-Paul à Montréal, ainsi qu'à la galerie Dosha de Beloeil. Dans son atelier, naissent des univers étranges et mystérieux. Ses explorations d’un ailleurs intérieur nous livrent des images joyeuses ou mélancoliques, presque toujours ludiques.


 

 

 

 

Jean Kazemirchuk is a Montréal native and early boomer. With the arrival of television and the discovery of the comic strip, his imagination flourishes. He draws, paints and writes. 

Growing up in the sixties, he discovers the Global village, its history and especially its art.

He settles down in the beautiful Charlevoix and participates at the popular Salon des Métiers d’Arts du Québec.

By the end of the 70s, his works is exposed along with collective exhibitions at the Centre d’Art de Baie-St-Paul, as well as in the café “Mouton Noir”.

He discovers and explores stained-glass during that period to recreate some of his watercolor work. Featuring the Mont Tremblant region, and the Caribou Inn of Lac Supérieur, amongst others.

A major change of orientation brings him to cinema by the early 80s. Working in this field for the next thirty years mainly creating sets. In 1995, he became an art director and visual designer. A growing need to express himself in a more personal way brought him back to oil painting, drawing and watercolor. Recollections from earlier travels and other memories form the main theme. Dream and reality become entangled.

A return to his first love has followed a long journey. He no longer pushes away fantasy or surrealist thoughts that comes naturally.  . He makes his the words of Alfred H Barr Jr: «the magic realism, the artists of which try hard by means of a precise realistic technique to make plausible and convincing their improbable visions of dream and whim.»

Today, he lives in Oka. He exposes his work at the Gallery Idée, St-Paul Street in Montréal, as well as at the gallery Dosha of Beloeil.

From his studio, strange and mysterious universes come to life. His explorations of his inner self brings up sometimes joyful, sometimes melancholic, although almost always playful visions.